Etat des lieux – altérité, Laurent Carlier

« quand le sentiment déborde trop pour se demander (la question est-elle concept ou sensation ?) pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien, alors ici risque de surgir la particularité commune de l’autre »

hétérologie
hiatus
actes manqués
lapsus
hasard
désintéressement
gratuité

Au-delà de la mixité ou en deça de la différenciation (ou l’inverse), là où l’informe se meut dans une indifférence relative entre transgression et justesse du multiple sans unité, l’altérité ne se satisfait pas d’une présence de l’imprésentable ni d’une approche par l’irreprésentable.

Quand le sensible est déjà de trop pour dépasser ce dont on n’est pas conscient, quand le sentiment déborde trop pour se demander pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien, alors ici risque de surgir la particularité commune de l’autre.

Les figures d’étrangeté dont la familiarité laisse envisager l’en-dehors de toutes les typologies, sont encore trop anthropocentristes pour saisir le devenir en territoires inconnus, qui ne se réduira jamais à déplacer les limites du connaissable et qui ne dénoncera jamais assez la figure humaine.
En effet, l’autre n’étant en rapport qu’avec l’autre (Blanchot), ce qui ne laisse jamais en repos ne peut se concevoir clairement (car sans motif ni preuve).
Le concept de raison se trouve ici mis en déroute. Surtout quand la simple mise sous signes est déjà faire montre de trop de violence pour toucher ce que le non-sens laisse deviner.

L’inertie, privée de soi (Blanchot), qui laisse exister les équilibres entre chaos, entropie et pesanteur, sans souci d’intention dans la volonté désintéressée (subie ou non) d’une confiance sans fin, cette inertie qui déjoue ce qui oppose seulement passif à actif, rend compte de ce qui ne peut être assujetti mais que le dénuement ne rend pas car celui-ci n’est qu’exclusion.

L’improductif qui rend le retard à la conscience de ce qui se passe, est la clé des tensions du duel contre l’identique, qui permettra de savoir comment avoir un corps aujourd’hui.

L’intensité qualitative comme signifiant flottant est ce que l’on veut bien en penser mais échappe toujours, réceptif à ce qui échappe toujours justement.

LC -2003

Cette entrée a été publiée dans Théoriques, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.